· 

Nourrir les oiseaux : il faut patienter !

L'arrivée de la pluie et de la fraicheur ont provoqué pour beaucoup d'entre nous l'envie pressante de sortir les mangeoires et autres distributeurs à graines. Les jardineries ont mis en avant les graines de tournesol et boules de graisse poussant tout un chacun à se lancer.

Il est vrai que certains oiseaux, notamment les migrateurs que sont les Hirondelles, ont souffert de cette arrivée brutale de l'automne. On a pu d'ailleurs observer les Hirondelles raser le sol à la recherche des insectes qui osaient encore voler avec ce mauvais temps. L'Hirondelle rustique a particulièrement souffert et de nombreuses mortalités ont été constatées et signalées. Il s'agit sûrement d'individus qui n'étaient pas encore prêt à partir ( dernières couvées). Voir l'info de la LPO via le lien ci-dessous:

faune-aquitaine.org/index.php?m_id=1164&a=N873#FN873

Nos oiseaux du jardin peuvent attendre !

Les oiseaux modifient petit à petit leur régime alimentaire qui va s'orienter de plus en plus vers un régime granivore même pour les insectivores. C'est pour cela qu'il est important d'avoir des arbustes à baies, des herbes folles ou des friches, où de nombreuses graines sont présentes.  Il faut donc un jardin avec une mosaïque d'habitats et des essences variées. Pour autant, et malgré cette fraîcheur, les insectes sont encore présents, tant que les températures sont de 8 à 10 ° la journée. Dés le soleil sorti, tout ce beau monde se remet à voler pour le plus grand bonheur des oiseaux. 

Des risques de dépendance et de maladies

Ainsi, les nourrir en ce moment, en début d'automne, est un geste prématuré qui répond avant tout à notre envie de les aider et de les observer. Une envie qui peut se comprendre mais qui ne leur rend pas vraiment service. En agissant ainsi, on les empêche de rechercher de la nourriture adaptée. De plus, ils vont s’habituer rapidement à un poste de nourrissage facile et non varié,  rester proche de votre domicile et du coup être dépendants de leur « nourrisseur ». Si demain, celui-ci cesse pour cause de déménagement, maladie ou décès, ces oiseaux conditionnés seront plus vulnérables. 

De plus, avec des températures encore douces, on augmente les risques épidémiques au sein même des mangeoires où les germes vont se multiplier et rester actifs, comme de « l’élevage en batterie », en quelque sorte…

Patience et projets à mener

Que faire alors? On patiente encore jusqu'aux premières gelées !  ou au moins en novembre?

En attendant vous pouvez vous occuper de nettoyer vos nichoirs en les vidant des anciens nids et en les brossant.

C'est aussi le moment de se projeter dans l'aménagement de votre jardin, l'automne est la saison idéale ! C'est en aménageant un jardin attractif pour la faune  que vous les aiderez au mieux, à l’année. Planter des haies variées dont des arbustes produisant des baies (aubépine, genévrier, sureau…) et laisser le lierre au moins sur les parties basses des arbres. Mais aussi laisser les graines se former dans des zones de jachère ou non tondues. Laisser par secteurs des feuilles au sol  pour former des couches au sol (les insectes s’y cachent) ou bien encore mettre en place des tas de bois morts pour les insectes et petits rongeurs…

Nature en Périgord peut vous aider !

Vous souhaitez des conseils? une visite pour vous aider à aménager votre jardin ?  N'hésitez pas à nous écrire sur natureenperigord@gmail.com et nous vous contacterons ! Selon nos disponibilités nous pourrons vous conseiller ou vous orienter !

Et bientôt nous lèverons les yeux pour admirer les grues cendrées ! Voici des nouvelles bien réjouissantes !

Textes et illustrations: sylvain wagner